Une rencontre sensationnelle – Interview de « DABS », directeur de l’agence sensation !

La Koncepterie a rencontré « DABS », directeur de l’agence sensation !, créateur du Festival International des Jeux à Cannes et surtout l’un des initiateurs de l’événementiel éco-responsable en France, puis plus largement RSE, au travers notamment du collectif eco-événement.org.


Retour avec Dan-Antoine Blanc-Shapira, sur son parcours, ses secrets pour organiser des événements responsables et un conseil pour tout entrepreneur qui s’y destine.  

 

 

1) Bonjour Dan-Antoine, tout d’abord, je vous propose de vous présenter aux lecteurs :

Je m’appelle Dan-Antoine Blanc-Shapira (souvent appelé « DABS » par les amis). De père américain et de mère française, tous deux architectes, j’ai vécu mon enfance en Californie, puis au Kenya et enfin en France : 16 écoles au total avant le bac ! Parcours mouvementé, mais multiculturel et très enrichissant. L’occasion d’être sensibilisé très jeune à la protection de l’environnement (en Californie) et à la pauvreté (Kenya). Ce sont sans aucun doute des expériences qui m’ont marquées à tout jamais.

 

2) Quel est votre parcours avant de monter l’agence événementielle sensation ! ?

Très tôt, j’ai découvert l’incroyable exaltation liée à l’organisation d’événements : à 10 ans, c’était des courses de vélo inter-quartier à Nairobi ; à 16 ans, des galas pour Amnesty International au lycée et enfin, durant mes études universitaires, de nombreux séjours en tant que G.O. au Club Méditerranée. Le Club Med était une fabuleuse école de prise de responsabilité à 20 ans, un contact direct (24/7) avec les clients, un terrain d’apprentissage de management de ses équipes par l’exemple et l’enthousiasme et enfin, une possibilité de prise de confiance professionnelle (dans un cadre idyllique).

 

À tel point, que diplômé de Droit et de Sciences Politiques, j’ai mis de côté provisoirement une carrière d’avocat ou de fonctionnaire international pour « m’éclater » dans un métier qui n’existait pas encore vraiment, celui d’organisateur d’événements.

Tour à tour chargé de projet dans une agence (6 mois), chargé de la communication et des événements pour la Direction du Tourisme de la Ville de Cannes (3 ans), j’ai pu m’aguerrir et créer des événements qui pour certains, existent encore aujourd’hui comme le Festival International des Jeux à Cannes qui rassemble chaque année, des dizaines de milliers de participants.

 

3)  Qu’est-ce qui vous a poussé à créer sensation ! ?

En quittant Cannes, et à la demande d’une ville qui souhaitait organiser un événement, j’ai créé mon agence en 1989 qui s’appelait dans un premier temps « Passion Public » et qui devint « sensation ! » en 1999. Les projets pleuvaient et nous n’avons jamais eu à faire de prospection : Championnat du Monde de Jeu d’échecs Kasparov – Karpov à New York, Grand Prix Intel de Jeu d’échecs (Moscou – New York – Londres – Paris), 100e Anniversaire du Téléphone, etc…

 

4) Comment intégrez-vous la dimension responsable à vos événements ?

Si dès le début je cherchais à intégrer une démarche responsable, rien n’était formalisé et les clients n’en n’avaient d’ailleurs que faire. Contrairement à la Californie, le degré de sensibilisation à l’environnement en France était relativement anecdotique. Mais les choses ont commencé à évoluer au début des années 2000. Je détectais les « signaux » d’une prise de conscience collective : nous pouvions enfin réfléchir à comment mieux faire !

 

Dès le début, je refusais que ce soit une démarche marketing. Du coup, j’ai convaincu, avec mon confrère Benoît Désveaux qui partageait mes convictions, l’ensemble de la filière événementielle de s’engager dans une démarche d’abord éco-responsable, puis plus largement RSE, au travers du collectif eco-événement.org. Nous avons pour cela conçu collectivement des outils de sensibilisation, de formation, d’auto-diagnostic, … en ligne et gratuits pour faire évoluer l’ensemble du métier.

 

5) Avez-vous constaté des évolutions de cette démarche au sein du secteur événementiel ? Si oui, lesquels ?

En ce qui concerne l’agence sensation !, nous avons toujours cru que RSE et créativité allaient de pair. Lauréats de la quasi-totalité des prix professionnels qui récompensent la créativité et l’expertise, nous avons en parallèle appris à structurer notre engagement RSE : Bilan Carbone, 1ere agence à obtenir le label PrestaDD, évaluation ISO 26000, signataire de la Charte de la Diversité, …

Aujourd’hui je pense que la filière peut aller beaucoup plus loin en matière de RSE… cela étant, force est de constater que beaucoup de choses ont évolué dans le bon sens depuis le début du XXIe !  

 

6)  Si vous aviez un conseil à donner à des professionnels qui souhaitent se lancer dans la démarche ?

Plutôt que d’avoir 2 ou 3 entreprises championnes de l’engagement, je souhaite que l’ensemble des acteurs de la filière événementielle puisse intégrer une démarche responsable : c’est une action qui devra nécessairement être collective.

 

À tous ceux qui voudraient initier une telle démarche porteuse de sens et de valeurs, je recommande dans un 1er temps de consulter le site eco-evenement.org : c’est une excellente entrée en matière. Par la suite, des référentiels comme le label PrestaDD me semblent particulièrement pertinents. Il existe également des cabinets qui peuvent accompagner les professionnels, comme Green Événements. L’essentiel est que nous y contribuions tous !

Laisser un commentaire